Ne pas confondre propriétaire de studio d’enregistrement et producteur !

Le terme producteur est souvent employé à tort. Il ne doit en tout cas pas être confondu avec le propriétaire d’un studio d’enregistrement. Il met à disposition d’artistes des installations et le matériel pour enregistrer. Cela n’en fait pas automatiquement un producteur. Mais qu’est qu’un producteur concrètement ?

Si c’est celui qui décide de procéder à un enregistrement et qui le finance, il s’agit du producteur phonographique (ou, plus simplement, le label). Il assume les risques financiers de la production et de l’exploitation de l’enregistrement. Il signe un contrat d’enregistrement exclusif avec l’artiste-interprète et éventuellement un contrat d’engagement avec les musiciens. C’est également lui qui louera le studio d’enregistrement et paiera les artistes.

Mais il n’est pas interdit à un propriétaire d’un studio d’enregistrement de prendre en charge tous les frais de production, de signer un contrat avec les artistes et les musiciens et de les rémunérer en qualité de producteur phonographique. Il devra avoir un rôle actif dans le choix du répertoire musical interprété et le choix des intervenants (ingénieur du son, réalisateur artistique, studio de mastering…).

La jurisprudence considère que le seul fait de prêter son studio sans exercer d’autres tâches ne suffit pas à conférer automatiquement la qualité de producteur phonographique.

Le seul investissement financier sans réelles prises d’initiatives ni de responsabilités est insuffisant pour justifier de cette qualité et de bénéficier des droits voisins. Un investissement complet est nécessaire.

Le producteur phonographique peut avoir recours aux services d’un producteur exécutif. Il agit en vertu d’un contrat d’entreprise conclu avec le producteur phonographique. Il ne prend aucun risque financier. Il exécute pour le compte du producteur phonographique des missions techniques et d’organisation : louer le studio d’enregistrement, organiser les séances d’enregistrements, gérer le planning, superviser l’aspect technique de la production.

A la différence du producteur délégué, le producteur exécutif ne gère pas le budget d’enregistrement et n’engage pas directement les dépenses. Le producteur délégué rend les mêmes missions que le producteur exécutif mais il est également responsable du budget d’enregistrement confié par le producteur phonographique et engage directement les dépenses.

Le producteur artistique est souvent désigné par le terme anglais producer. Ce n’est pas le producteur de phonogrammes. On le nomme généralement en France sous le terme réalisateur artistique. C’est un prestataire qui a en charge la qualité et la cohérence artistique de l’enregistrement. Il prépare la production conjointement avec l’artiste, son label et éventuellement le directeur artistique. Il dirige les séances, parfois avec l’aide d’un ingénieur du son. Il gère le mixage et le mastering et livre l’enregistrement final au producteur exécutif ou délégué qui le remet au producteur phonographique.

Et la boucle est bouclée… !

Bien sûr, à chacune de ces missions correspondent des contrats que le cabinet pourra vous aider à rédiger ou à négocier.